• Bonjour !

    Sur ce blog des histoires vont être créées par plusieurs blogueuses, chacune d'entre elles écrivant une phrase. Nous ne nous sommes pas mises d'accord sur une histoire, sur une fin, donc ça sera la surprise !

    Les inscrites barrées sont celles qui ont écrit leur phrase, ensuite il suffit de suivre l'ordre ! :) La dernière personne à écrire une phrase envoie les codes (pseudo et mot de passe) à la personne suivante sur la liste qui écrit une phrase et transmet les codes, et ainsi de suite.

    Les phrases peuvent être aussi longues que vous voulez du moment que vous n'écrivez qu'une phrase ;) Pour rajouter votre phrase il vous suffit d'aller sur l'article de l'histoire et de cliquer sur "éditer" à droite à côté du titre.

    Les inscrites : Bluecoton •  Cavali'ErreSasha • Melgane [...]

    Vous pouvez indiquer sur votre blog que vous participez au blog en mettant ce logo dans votre barre latérale et en y intégrant un lien grâce à ce code HTML :

    <a href="http://histoirea1000mains.eklablog.com/" target="_blank"><img  src="http://img11.hostingpics.net/pics/667388Sanstitre27.png" /></a></center>

    Une histoire à plusieurs mains


    4 commentaires
  • Les mots sont : caudebec, rayonner, indépendant, ombre.

    Comme il y en a peu je propose qu'on écrive jusqu'à 3 phrases pour pouvoir faire une histoire un peu plus longue !

    ———————————

    Elise regardait la mer que le soleil faisait rayonner. Elle pensait à toutes ces choses qu'elle devait encore faire avant de partir, avant de s'effacer parmi les ombres. Ses pensées virevoltent, tourbillonnent au dessus de sa tête. Les yeux embués, elle profite de ce dernier éclat, ce dernier souffle. 

    Éparpillés à ses pieds comme dans son cœur, des souvenirs. Un foulard délavé, trois galets colorés, et ce chapeau improbable qu'il aimait tant, ce caudebec que la mer vient lécher d'une langue avide. Saurait-elle la laisser les emporter, la laisser effacer son existence?

    Bercée par le bruit des vagues, Elise enlaçait de ses bras l'amertume de son passé. Elle respirait les extrêmes, saisissait la douleur pour mieux savourer ensuite les instants de bonheur. Au milieu de l'ombre, demeurait toujours pour elle un brin de lumière.

    Un goéland la survola en criant et Elise leva les yeux par réflexe. Lui était solitaire, vivant, indépendant et, bientôt, elle le serait elle aussi.


    votre commentaire
  • Pour cette histoire on s'est mises d'accord pour relever un défi : prendre chacune un mot au hasard dans le dictionnaire pour créer une liste dans laquelle on peut piocher au hasard un mot (pas forcément le nôtre, donc) à insérer dans notre phrase (ou deux ou trois phrases si vraiment c'est nécessaire).
    Voici donc la liste des mots : troublexylographiquecrédulefranc – alcooliser.

    ———————————

    Sur la table était posé ce grand vase aux décorations xylographiques qu'elle regardait chaque fois qu'elle descendait les escaliers. Celui-ci était un objet de famille de haute valeur car en plus d'être transmis de génération en génération, il avait coûté à son origine plusieurs milliers de francs.

    Ce matin-là pourtant, un trouble brouilla sa vue quand ses yeux se posèrent sur lui, tant la décision qu'elle avait à prendre lui brisait le cœur. Si seulement elle avait été un peu moins crédule ; elle n'aurait pas à se tenir là, les bras ballants, impuissante, au milieu de son salon. Ce soir elle décida de cesser de s'alcooliser, et d'enfin prendre son courage à deux mains pour la première fois de sa vie.

    ———————————

    Les participantes : Melgane • Mots-a-maux • CavaliErre • MikoMake • Trognon de pomme


    votre commentaire
  • (N'ayant pas particulièrement de titre en tête, je pense qu'il serait mieux d'attendre que l'histoire commence à prendre forme pour ainsi pouvoir la nommer. N'hésitez pas à proposer vos idées au fur et à mesure.) 

    _________________________________

    04h01. Je ne parviens toujours pas à m'endormir, son image oppresse mon esprit. Je me souviens de ses lèvres rouge, de son odeur sucrée, de l'intensité de son regard, de ses éclats de rire jusqu'au bout de la nuit qui résonne encore en moi et me laisse vide, sans envies, presque sans vie. Blottie sous les couvertures, mon cœur le réclame seconde après seconde. Je n'ai que le vil silence en retour de mes rêveries ; froid, assommant, il meurtri mon âme déjà blessée.

    On me dit qu'il faut tourner la page, prendre un nouveau départ, oublier, mais comment le pourrais-je jamais quand toutes les fibres de mon corps vers lui sont tendues, me laissant sans autre choix que celui de penser au passé ? Et pourtant, je sais que pour avancer il me faudra quitter ce temps où tout n'était que bonheur et revenir au présent, là où il m'a laissée, là où ses bras ne me protégeront plus désormais.

    Pour l'instant, le présent est trop douloureux, je n'ai toujours pas trouvé à quoi me raccrocher afin d'aller de l'avant, alors comme souvent lors de mes nombreuses insomnies, je tends la main vers ma seule échappatoire, un carnet dans lequel j'écris sans relâche jusqu'à l'épuisement mental.

    5h23, je ne reconnais même plus ma propre écriture, et parviens à peine à me relire. Je me sens comme vide. 

    14h00, trois mois que je n'ai pas écrit ici, trois mois que je revis; j'ai vécu les désillusions de notre histoire mais à présent, je sais que tu n'étais pas la bonne personne. Ne jamais PLUS perdre espoir.

    ————————————————

    Les participantes : Blue CotonBeawriter • Mots à maux • Miko Make • Miss Tamara • Nala • Ouchilistic • Melgane • Trognon de pomme • Charlie


    1 commentaire
  • En haut d'une colline, un homme vivait dans une petite cabane en bois de cerisier. Tous les matins, celui-ci s'asseyait devant sa maison à contempler les horizons infinis du ciel. Il aimait écouter le chant des oiseaux, se laisser bercer par le souffle du vent, afin d'oublier son quotidien solitaire.

    Quelques fois, des bribes de souvenirs de sa vie urbaine resurgissaient devant ses yeux, mais très vite, il les chassait d'un battement de cils. Le temps passait et sa mémoire s'était envolée avec le vent, il ne lui restait que le souvenir du parfum léger de Margot. Une fragrance qui l'emportait au loin et nourrissait en lui des rêves de voyages inaccomplis, un désir de liberté qu'ils avaient partagé ensemble et qui ne l'avait jamais quitté depuis. Cela faisait des années qu'il n'avait pas plongé ses pupilles dans les siennes, qu'était-elle devenue maintenant ?

    Peut-être qu'elle l'avait simplement oublié, qu'elle avait refait son petit univers, juste à côté, en parallèle de tous ce qu'ils avaient vécu ensemble, ou alors elle se souvenait, de tout, et elle pensait encore à lui, de temps en temps. Tout comme lui pensait à elle à chaque fois qu'il voyait des bleuets. C'était leur petit jeu, celui qui conservait le plus longtemps sa fleur gagnait. La sienne, loin d'être fanée, se tenait secrète entre les pages de son livre préféré. Il racontait comment un homme s'était fabriqué des ailes avec de la toile et des plumes, et était parvenu à planer au niveau de la falaise sur laquelle il habitait. De la toile et des plumes... pas de doute qu'il s'agissait bien d'une naïve fiction.

    Il prétendait aimer inventer des histoires, c'est ainsi qu'il se sentait vivant disait-il : refaire le monde pour embellir la réalité. Pourtant, la réalité aurait pu être belle car son rêve de voler avait bien failli s'accomplir. Il aimait penser à ce jour où son père l'avait emmener dans son avion, tout aurait pu être si différent ... Il se souvenait du vacarme du moteur, de cette sensation à l'instant où les roues quittent le sol, de ce sentiment quand vu d'en haut le monde paraît si petit. Dès que ce souvenir refaisait surface, son dos se mettait à frissonner, ses mains devenait moites, il en perdait la tête. Il aurait en effet pu réaliser ce rêve-là, l'unique rêve de sa vie, si seulement il n'avait pas eu ce terrible accident qui a chamboulé tout ses plans bien définis.

    ***

    En deux tours.

    Melgane • Trognondepomme • Mots à maux •  LaMissTamara • Bernieshoot • Nala • Blue Coton • Santecool • Beawriter • Miko Make • Léa


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires